Des élus CVS et représentants des usagers poursuivent leur engagement

Publié le par Réseau inter CVS 91

Pour prolonger l’article paru dans Agevillage, heureusement, l’expérience acquise n’est pas perdue. Que ce soit dans un réseau inter CVS ou dans un établissement, des membres de CVS ou d’associations d’usagers poursuivent leur action au service résidents, des familles ou du CVS

Annie, Claire, Chantal, Jacqueline, Christian, Arielle, Gilbert, Stéphane.. ont poursuivi leur investissement au décès de leur proche. Ils font partis de ces appuis - conseils qui viennent en soutien des nouveaux élus de CVS ou de représentants des usagers. Cette continuité et cette expertise sont de plus en plus nécessaires.

Gilbert Billon, militant syndical, au décès de son épouse a continué à animer pendant des années l’association des familles de malades à l’hôpital gériatrique de Limeil-Brevannes, forte de 40 adhérents. « D’autres membres dans la même situation que moi ont poursuivi leur engagement. C’était une condition de survie de l’association et le moyen de mettre dans le coup des usagers non militants. Mon savoir-faire syndical m’a été très utile. Notre association est centrée sur les droits des usagers de la santé et la bientraitance. Elle est un interlocuteur reconnu par la direction».

Avec un groupe d’élus de la Maison de Retraite Intercommunale (MRI) de Fontenay-sous-Bois dépendant de la Fondation Favier dans le Val de Marne, Arielle Corbani s’est battue pour qu’au décès de son proche, le président du CVS puisse rester en fonction jusqu’aux prochaines élections. Elle-même devenue présidente, a pu poursuivre cette fonction malgré le décès de sa mère dans l’Ehpad. Mieux, l’ancien président est devenu « expert, comme personne qualifiée » au sein des quatre établissements du groupe public. Cette situation a permis d’écrire un règlement intérieur du CVS (inexistant jusque là) prenant, notamment en compte, la perte d’un parent pour le président. Ce texte a été validé par le conseil d’administration de la MRI où siègent les élus des villes. « Cette évolution nous permet d’intervenir sur le terrain, de conseiller les familles explique Arielle Corbani. Et surtout, d’assurer la transmission aux nouveaux membres ou candidats au CVS. Cet appui est essentiel vu les difficultés de trouver des candidats au CVS ».

Faites-nous part d’autres expériences de ce type

Commenter cet article