Maltraitance en Ehpad par des stagiaires

Publié le par Réseau inter CVS 91

Les médias ont largement relaté les actes inadmissibles commis par des jeunes stagiaires dans un Ehpad de Seine et Marne qui ont maltraité des résidents puis mis sur internet leurs faits scandaleux. Heureusement, l’ensemble des jeunes qui exercent un stage en Ehpad n’ont pas un tel comportement délictueux. Leur présence favorise l'intergénérationnel, la découverte des métiers du grand âge et les lieux de vie des Ehpad.

Les responsables de leur accueil et de leur accompagnement doivent aussi veiller aux critères de recrutement, à leur sensibilisation et à l'approche des personnes âgées vulnérables. L'organisation du travail et les effectifs correspondants sont essentiels, comme l’encadrement par les professionnels. Il faudrait aussi évaluer l'impact de leur stage pour eux - mêmes, par les résidents et pour l'établissement, d'autant que leur nombre parait plus important qu'auparavant.

Au delà de ces faits exceptionnels, la maltraitance institutionnelle, pourtant combattue, risque de se développer. Tenant compte des multiples pathologies de plus en plus lourdes en Ehpad, les formations initiales et professionnelles semblent être peu en adéquation avec le travail effectif demandé aux salariés.

L’ensemble de ces situations est source de souffrance pour les personnels.

Concernant les stages, il est important que le Conseil de la vie sociale (CVS) soit informé du nombre de stagiaires, du type de stages, des activités qui leur sont demandées, de leur encadrement et des conditions et des effets de leur intégration.