« Nantes soins à domicile » a son CVS

Publié le par Réseau inter CVS 91

Avoir un CVS , ou une instance équivalente, dans une structure d'aide à domicile devient de plus en plus nécessaire. Le dialogue social par la représentation collective des usagers et leurs proches aidants ne se pose pas qu'à la fin du parcours de vie d'une personne. La qualité du prendre soin pour tous les bénéficiaires et les intervenants a besoin de cette instance

L'exemple de la Loire Atlantique

Usagers, familles, professionnels et direction font vivre le Conseil de Vie Sociale dans le plus gros Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) de Loire Atlantique avec 106 salariés.  

A chaque CVS sont abordés l’activité du service et son fonctionnement. Que ce soit la situation des personnels, l’organisation du travail, les conséquences des changements d’horaires et des intervenants à domicile, le manque d’aides soignantes pour la continuité des soins lié aux difficultés de recrutement. Autres exemples qui sont traités : la bonne utilisation du matériel lève malade pour la santé des soignants, la maltraitance et la bientraitance, qu’il s’agisse de celle des salariés et des familles vis à vis des 443 patients âgées et handicapés. la place des proches aidants les réponses à leur besoin de conseils et de formation pour mieux accompagner leur famille. Le CVS permet aussi de comprendre qui fait quoi dans les différents intervenants professionnels. Il est associé à la consultation sur le projet de service et la démarche qualité. 

Ce CVS créé en 2008, est le prolongement d’un groupe d’expression qui existait depuis 2004 où les usagers et les familles  informés du fonctionnement du service faisaient des propositions. André Darrouzet, administrateur précise que cela a toujours été une volonté du conseil d’administration de soutenir la participation des usagers.

Le CVS est ici, comme dans d'autres exemples dans ce type de structures, un outil utile pour la qualité des prestations et de la vie sociale.

 

http://www.nantes-soins-a-domicile.fr/

Commenter cet article