Covid-19, renforcement de la prévention dans les Ehpad

Publié le par Réseau inter CVS 91

Covid-19 : Renforcement des mesures de prévention dans les établissements médico-sociaux, notamment dans les EHPAD

Communiqué de presse
Santé publique 
Depuis la mi-juillet, tous les indicateurs montrent que le virus circule à nouveau plus activement dans la région : environ 600 personnes sont aujourd’hui testées positives au Covid-19 chaque jour selon l'ARS et Agevillage.prof

 

Corps de texte

 

 

 

 

Cela s’explique en partie par la montée en puissance du nombre de dépistages mais également par une hausse du taux de tests positifs, qui s’établit aujourd’hui à 3,6 % en Île-de-France contre 2,4 % en moyenne nationale.

En conséquence, le taux d’incidence augmente dans la région avec plus de 37 nouveaux cas dépistés pour 100 000 habitants contre 8 pour 100 000 au début du mois de juillet.

Les résidents en Ehpad sont plus vulnérables et ont été particulièrement touchés par cette crise. A ce jour, en Île-de-France, le virus circule activement dans 35 établissements sur les 700 de la région. L’ARS Île-de-France maintient une vigilance accrue et préconise de renforcer dès maintenant les mesures de prévention et l’accompagnement des résidents au sein des établissements médico-sociaux de la région, et plus particulièrement dans les Ehpad.

Une série de consignes a été envoyée aux gestionnaires des établissements en ce sens depuis début août. Elles visent à anticiper la survenue d’un cas positif et à prendre les mesures de gestion adaptées. Elles portent notamment sur la mobilisation de la gouvernance interne (directeur, médecin coordonnateur et cadre infirmier) et les actions à mettre en œuvre en direction des personnels, des résidents et des familles. Elles mentionnent également les appuis auxquels les structures peuvent recourir, notamment les astreintes gériatriques pour les Ehpad, acteurs clés de la sécurisation de l’accompagnement, ainsi que la stratégie de tests à déployer.

Le CVS doit être consulté précise le ministère dans le protocole national des recommandations  du 11 août 2020 (ci- joint)

Les indications suivantes d’anticipation et de prise en charge concernent :

  • La direction doit anticiper la survenue d’un cas et la prise en charge à réaliser : par la constitution du stock d’équipements de protection (masques notamment), l’actualisation des protocoles soignants, les procédures de bionettoyage et de dépistage. La préparation d’une unité dédiée aux personnes atteintes de Covid-19 est encouragée.
  • Les professionnels de retour de congés et les nouveaux intervenants doivent effectuer un test avant leur prise de fonction, ainsi que tous ceux ayant des symptômes. Les résidents, de retour d’un séjour en famille, de même que les nouveaux admis, doivent également se faire dépister. Par ailleurs, une attention particulière aux situations à risques des professionnels et résidents sera apportée. Dès le premier cas confirmé, l’ensemble des professionnels, bénévoles et résidents devront être testés, de façon à contenir la circulation du virus.
  • Le rappel des gestes barrières est fondamental, vis-à-vis des professionnels, des résidents mais aussi des familles qui doivent impérativement les respecter. La tenue d’un registre des visites, la signature d’une charte de bonne conduite par les visiteurs, le port du masque et la distanciation sociale sont indispensables.
  • La vigilance lors des visites doit en effet être renforcée, privilégiant les visites en salle dédiée plutôt qu’en chambre et uniquement à l’extérieur pour les enfants de moins de 11 ans, pour qui le masque n’est pas obligatoire. Les rendez-vous peuvent être rétablis, sans présence obligatoire d’un personnel pendant ces visites.
  • Dans les établissements directement concernés par des cas de Covid-19, des mesures complémentaires doivent être adoptées, notamment pour les admissions et les visites. Ces mesures sont réévaluées régulièrement, pour en mesurer la pertinence et les adapter si nécessaire.

L’ARS Île-de-France rappelle que ces consignes visent à prévenir la circulation du virus au sein des Ehpad et des ESMS accueillant des personnes à risque de forme grave, notamment les personnes polyhandicapées. Elles ont été écrites sur la base des recommandations nationales et en concertation avec les fédérations ainsi que les Départements. Elles sont adoptées par les directeurs de l’établissements, en association avec les résidents, les familles et le conseil de la vie sociale.

Un comité d’expert (composé d’infectiologues et d’épidémiologistes) sera tenu informé sur les évolutions de la situation épidémique régionale et sollicitées à intervalles réguliers sur l’opportunité de poursuivre, reconduire, étendre, alléger ou abroger ces mesures  (source Agevillage)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article