Julien kiné, une profession indispensable au bien-être de nos ainés

Publié le par Sophie Delettrez

Julien Collignon est Kinésithérapeute au sein de l’établissement Repotel, à Brunoy (91) Julien a 36 ans, vit avec sa compagne, elle-même kiné devenue pharmacienne, et ses 3 enfants, en région parisienne, où il a grandi. Passionné de sports, il pratique le triathlon. Il adore aussi voyager partout dans le monde. Sa passion, il la met aussi pleinement dans son métier.

Son parcours professionnel ? Il cumule les succès :  après un bac scientifique, il est brillamment reçu à ses deux prépas, une à Paris, l’autre en Belgique, et décide de suivre ses études à Liège, durant 5 ans. En 2010, il revient à Paris et démarre sa carrière par des remplacements. Il occupe un poste en Guadeloupe durant un an, avant de revenir en métropole pour exercer son métier. Depuis 2012, il fait partie d’un cabinet de kinés à Quincy sous Sénart, où il travaille le matin, et où il soigne les pathologies de la ville (mal de dos, entorses..), et l’après-midi à Repotel

Son implication en tant que soignant au sein de Repotel ? Julien y travaille tous les après-midis de la semaine. C’est l’envie de maintenir et redonner de l’autonomie aux personnes âgées plus vulnérables, qui l’a conduit à faire partie de l’équipe de soignants de Repotel, même si ses journées de travail ne finissent pas avant 20H !

Ses victoires ? Grâce à ses soins, certains ont retrouvé la marche ! D’autres plus de mobilité, même pour les pathologies compliquées comme la maladie de Parkinson. On peut retarder, avec de la kiné entre autres, l’échéance de la maladie.

Ses convictions ? Il y a un lien psychologique qui se créé entre lui et ses patients âgés. Certains l’attendent avec impatience, d’autres pleurent quand il s’en va. Même les plus récalcitrants apprécient ce moment de bien-être en sa compagnie. Il devient un repère indispensable à leur équilibre. Le lien noué avec les familles lui est aussi précieux.

Des contraintes ? Pour ainsi dire aucune, peut-être l’adaptation à la volonté ou non des patients, selon le jour, de mobiliser leur corps.

Le plus de Julien ? Une solide formation d’ostéopathe de 5 ans, qui complète les soins prodigués à ses patients.

Son futur objectif ? Monter un pôle de kiné, médecins…un circuit court pour tout trouver sur place selon les besoins de chaque patient.

Et surtout : continuer à prendre soin de nos aînés, une évidence pour lui !

 

Julien kiné, une profession indispensable au bien-être de nos ainés
Julien kiné, une profession indispensable au bien-être de nos ainés
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article